Materiel paramédical - Conseils d'ergothérapeutes
04 72 84 00 07 du lundi au vendredi de 9h à 12h / 14h à 18h
 
 
Swipe to the right

Aidants familiaux : prenez soin de vous

4 years ago 2349 Vues
4.50/5 (basé sur 4 avis)

Pas de note

Votre proche a besoin de soins et vous les lui prodiguez avec constance et détermination, au prix de difficultés que vous avez appris à reconnaître et commencez à accepter. Vous assumez au mieux les objectifs que vous vous êtes fixés mais ces objectifs sont-ils atteignables ? Charité bien ordonnée commence par soi-même dit-on. Vous occupez-vous bien de vous-même ? Comment être un aidant familial efficace et heureux si l'on ne s'occupe pas bien de soi-même ?

Prendre soin de soi

Aidants familiaux : prendre soin de vous

Accepter un rôle d'aidant mais ne peut être mené à bien que si l'aidant est épanoui dans ce rôle difficile et exigeant. La prise en charge peut durer très longtemps et demande beaucoup de temps et d'énergie. Afin de se montrer réaliste, il convient en premier lieu de voir ce qui est possible… ou non.

Vous allez au fil du temps devenir la seule personne de référence dans la vie de votre proche.

Fixer des priorités

L'aidant que vous êtes a appris à reconnaître ses limites : la fatigue, l'irritabilité, l'agressivité parfois sont des signaux qui doivent vous alerter. Où en êtes-vous ? Peut-être voulez-vous tout faire, mais est-ce possible ? Si vous refusez l'aide disponible, si vous allez au bout de vos forces, le risque est d'être amené à cesser de l'aider (maladie, dépression, accident, hospitalisation…). Qui alors s'occupera de votre proche ?

Qu'est ce qui est le plus important : tout faire soi-même, ou s'assurer que tout le nécessaire soit fait ? Si la prise en charge que vous assumez est lourde, vous bénéficiez peut-être déjà d'aide à domicile. Il est important de faire le tri entre toutes les tâches et de fixer des priorités. Que pouvez-vous (devez-vous) faire vous-même et que pouvez-vous (devez-vous) déléguer ? Il n'y a pas de recette, vous seul(e) devez décider de ce qui est important pour vous.

Du temps pour vous

Si vous voulez prendre durablement et au mieux soin de votre proche il est primordial que vous preniez soin de vous-même.

  • Ne vous isolez pas. Gardez des contacts avec le monde extérieur : famille, amis, sorties, cinéma, activités sportives, tout loisir à votre convenance. Vous pouvez même commencer de nouveaux loisirs.
  • Restez informé de l'actualité
  • Prenez soin de votre santé : ne négligez rien, mangez correctement, faites de l'exercice même modéré, sortez vous-même pour marcher ou faire vos courses, à vous de choisir. Prenez du repos. Consultez votre médecin régulièrement.
  • Autorisez-vous de la détente : vous avez besoins de pauses, récupérez vos forces en vous distrayant. Accordez-vous du temps chaque semaine, un week-end de temps en temps, des activités sportives…

Ne vous coupez pas de ce qui constituait votre vie avant d'aider votre proche. Restez en lien avec vos parents et amis, ou reprenez la communication avec eux. Il n'y a pas de honte à s'occuper d'un proche, c'est votre choix, il est honorable et vous ne méritez en rien de rester solitaire avec vos difficultés. Vous pouvez également demander de l'aide à vos proches et organiser un emploi du temps hebdomadaire où chacun peut apporter sa participation, même minime. Un petit-fils peut déjeuner avec son grand-parent en maison de retraite tel jour de la semaine par exemple…

Bien sûr, il faut pour prendre soin de soi accepter de ne pas tout faire soi-même.

Utilisez les solutions existantes

Pour dégager du temps, il est judicieux de… se faire aider. Les solutions ne manquent pas. Elles passent par quelqu'un d'autre pour s'occuper de votre proche. Que ce soit pour vous seconder auprès du patient ou pour s'occuper de votre proche en votre absence, prenez le temps nécessaire pour faire se rencontrer l'un et l'autre qui pourront ainsi s'apprivoiser. Ainsi la nouvelle personne intervenant chez vous sera plus familière, connaîtra votre maison et les habitudes de votre foyer.

Si vous devez vous absenter, il existe des solutions d'hébergement locales bien rodées avec du personnel formé. Prenez conseil auprès des associations de familles pour les pathologies spécifiques, ou auprès de l'assistante sociale de quartier, du CCAS ou de la mairie. Les intervenants paramédicaux qui interviennent chez vous pourront également vous aiguiller.

C'est votre perception qui donne la couleur des difficultés, la lourdeur de la tâche que vous vous êtes assignée ou avez acceptée. Si un moment difficile se présente, consultez quelqu'un qui saura vous écouter, vous guider, vous aider à percevoir les choses autrement. Ainsi vous pourrez continuer à donner les meilleurs soins à votre proche.

Article rédigé par Annie AUDO, psychologue-gérontologue.

Posté dans : Les aidants familiaux

Notez cet article :

Remonter

Remonter

Veuillez patienter...

> Vous venez d'ajouter au panier le produit suivant :