Materiel paramédical - Conseils d'ergothérapeutes
04 72 84 00 07 du lundi au vendredi de 9h à 12h / 14h à 18h
 
 
Swipe to the right

Aménagement du logement : conseils et pièges à éviter

2 years ago 10551 Vues
5.00/5 (basé sur 3 avis)

Pas de note

Caroline, ergothérapeute chez PASOLO.com vous donne quelques conseils et indique les pièges à éviter pour l'aménagement du domicile d'une personne âgée ou en situation de handicap.

Aménagement du logement

  • 1. L’intervention de l'ergothérapeute

L'objectif de l'ergothérapie est de maintenir, de restaurer et de permettre les activités humaines de manière sécurisée, autonome et efficace. Elle prévient, réduit ou supprime les situations de handicap en tenant compte des habitudes de vie des personnes et de leur environnement.

Les ergothérapeutes ont les connaissances et la possibilité légale de se rendre au domicile du patient.

  • 2. La visite à domicile : la théorie

Quand l'ergothérapeute intervient-il ?

Le plus souvent, suite une hospitalisation, si le projet de sortie du patient est le retour à domicile. La décision de se déplacer sur le lieu de vie est prise lors d’une réunion pluridisciplinaire. L'ergothérapeute emmène le patient et un membre de sa famille ou un proche suceptible de l'aider à faire les différents aménagements préconisés.

Il s’agit d’un moment d’émotion intense, dans un lieu chargé de symbole, de signification affective et de valeurs. L’évaluation est délicate car elle consiste à examiner, décortiquer la vie de la personne. Il est donc primordial de garder une distance mais surtout d’établir un diagnostic sans jugement dans le respect et la déontologie.

Le but de la visite à domicile est d’évaluer le cadre de vie du patient, ainsi que de mettre ce dernier en situation. Le patient, pour qui l'acceptation des déficits acquis est difficile, prend alors conscience de ses déficiences.

  • 3. La visite à domicile en pratique

Pendant une 1ère phase d'observation, l'ergothérapeute va d'abord évaluer l’accessibilité extérieure:

  • La situation géographique
  • Le type de logement
  • L’accès possible aux services
  • Le parking
  • Le revêtement du sol
  • L’accès à la porte d’entrée (la largeur de la porte, le nombre de marches, la hauteur et leur largeur, l’accès à l’interphone ou au digicode)
  • Les escaliers (nombre, largeur et hauteur des marches)
  • L’ascenseur
  • La circulation par un couloir (largeur, luminosité)
  • L’accès à la boite aux lettres, aux vides ordures ou aux poubelles
  • Le garage (sa surface, le type d’ouverture, s’il communique avec le logement ou s’il est indépendant)

Puis, l’intérieur du logement :

  • La porte d’entrée : largeur, hauteur et type de poignée, seuil
  • La surface globale logement et le nombre de pièces, le nombre d’étages, les escaliers (dimensions), l’ascenseur, l’accès au balcon, terrasse, jardin.
  • La surface des portes (largeur, hauteur, le type de poignée et le sens d’ouverture), des fenêtres (le nombre, le type, le mode d’ouverture, la hauteur de la poignée et leurs dimensions), des volets (électriques ou battants)
  • Les particularités du sol (type, pente, présence de tapis, de marches, constituants et murs porteurs)
  • L’électricité (prise, compteur)
  • L’éclairage naturel et artificiel
  • Le chauffage (radiateurs, chaudière)
  • Les couloirs (dimensions, aire de rotation en fauteuil roulant, pente, revêtement du sol, rampes)
  • Les toilettes
  • Emplacement et hauteur des placards

Ensuite, l'ergothérapeute doit ensuite faire l’inventaire du mobilier déplaçable et du mobilier fixe.

Enfin, il passe à l'action en faisant des propositions d’aménagement du domicile en mettant en relation les observations avec les besoins et les capacités du patient. Il faut tenir compte de la personne, de ses besoins, de ses habitudes, des aides extérieures ou familiales et bien sûr de son handicap. La personne est envisagée dans sa globalité afin que son retour soit une réussite. Elle doit pouvoir se nourrir, se laver, s’habiller, aller aux toilettes, communiquer, accéder et déambuler dans les pièces où elle souhaite aller et être en sécurité.

  • 4. Quel matériel installer et dans quelle pièce ?

Dans la salle de bain :

  • des barres d’appui pour entrer et/ou sortir de la baignoire ou de la douche ou encore se maintenir devant le lavabo
  • une assise stable pour se laver, se sécher les pieds et s’habiller le bas du corps (chaise à roulettes ou non, tabouret de douche)
  • des tapis antidérapants dans et à côté de la douche ou de la baignoire
  • des petites aides techniques pour se laver, se coiffer seul

Dans les WC :

  • un rehausseur
  • des barres d’appui
  • des accoudoirs

Dans la chambre :

  • un système de barre de redressement sur le côté du lit pour entrer et sortir seul
  • des rehausseurs pour le mettre à bonne hauteur et faciliter les transferts
  • une chaise percée

Dans la cuisine :

  • du matériel pour faciliter les préhensions : ouvre boite et bocaux électriques, vaisselles et couverts adaptés, set de table antidérapant,
  • chaise avec accoudoirs
  • coussin releveur

Puis, l'ergothérapeute propose la bonne aide à la mobilité qui passera les portes, avec laquelle la personne pourra faire des manœuvres aisées, faire ses déplacements extérieurs, etc

Des aides techniques pour la communication et la sécurité :

  • un téléphone adapté
  • un interphone
  • un système d’appel d’urgence
  • des lampes à détecteur de mouvement pour les toilettes et la salle de bain

Du matériel pour réaliser les activités du quotidien :

  • activités ménagères comme les courses (grâce à un chariot de course),
  • le ménage (avec des outils télescopiques)
  • les activités de loisirs
  • 5. Les pièges à éviter

Enfin, voici quelques pièges à éviter lors de l'aménagement du domicile :

  • Vouloir installer du matériel coûteux alors que, parfois, l’adaptation de l’existant est beaucoup moins cher et aussi efficace. Par exemple, changer la baignoire en douche dans une salle de bain
  • Etre réaliste quant à ce que l’on préconise : respecter les contraintes techniques du logement
  • Demander l’avis d’expert dans le bâtiment afin de ne pas ralentir le processus de devis, travaux, prise en charge par la MDPH
  • Installer du matériel high-tech que la personne ne saura pas utiliser
  • Vouloir changer les habitudes de vie d’une personne âgée soit en modifiant trop la configuration du logement, soit en lui faisant faire des activités de la vie de tous les jours qu’elle ne faisait pas avant

Article rédigé par Caroline BREANT, ergothérapeute-conseil chez PASOLO.com.

Notez cet article :

Remonter

Remonter

Veuillez patienter...

> Vous venez d'ajouter au panier le produit suivant :

5 € offerts sur votre première commande avec le code  bienvenue  à partir de 49 € d'achat