Materiel paramédical - Conseils d'ergothérapeutes
04 72 84 00 07 du lundi au vendredi de 9h à 12h / 14h à 18h
 
 
Swipe to the right

Quotidien des aidants : faire face aux difficultés

2 years ago 1729 Vues
5.00/5 (basé sur 1 avis)

Pas de note

Faire face aux difficultés lorsque l'on est aidant n'est pas chose facile...

aidant familial difficultés

Le plus difficile est fait quand nous reconnaissons que la situation devient difficile (voire insupportable) et que nous avons pris conscience des difficultés qui nous agitent. Tout le monde ne réagit pas de la même façon. Les uns s'énervent là où d'autres pleurent, les uns s'agitent quand d'autres se replient sur eux-mêmes, les uns culpabilisent, d'autres somatisent et tombent malades…

Accepter la réalité

Une chose est sûre, qu'on le veuille ou non, les vieillards ne redeviendront pas des jeunes gens, et les trop grands malades ne recouvriront pas leur prime santé. Il faudrait donc accepter la réalité. Ce n'est pas facile. Au contraire, leur état risque de se détériorer encore. Toutefois, regarder les choses en face évitera de mettre le patient en échec en lui demandant ce qui lui est devenu impossible et facilitera la qualité de vie et la relation au quotidien.

Cette acceptation est le but auquel il est possible de parvenir petit à petit. En attendant, il faut passer à l'action pour se rendre la vie plus supportable, au minimum…

Accepter ses émotions

Vous vous êtes posé(e), observé(e), écouté(e). Vous savez donc maintenant comment vous réagissez, et peu à peu vous acceptez ces émotions bien légitimes devant une tâche qui reste difficile. Il est en effet normal d'être agacé devant des questions répétitives, normal de se sentir frustré devant tout ce que l'on ne peut plus faire, difficile d'accepter d'être pris pour un autre. Que vous ressentiez de la culpabilité ou de l'agressivité, vous faites votre possible mais vous êtes humain et vous avez des limites.

Partager ses émotions

Il est très important de ne pas rester seul dans la difficulté et de rechercher un soutien, même et surtout si vous pensez qu'il ne faut pas ennuyer les autres avec ses problèmes. Selon votre état, consultez un médecin, un psychiatre ou un psychologue qui vous aidera à faire la part des choses. Ouvrez-vous de vos difficultés auprès d'un intervenant de l'équipe qui suit votre proche vieillissant ou malade. Mais dans tous les cas, exprimez ce qui vous perturbe.

Retrouver le positif de l'aide

Soyez fier de ce que vous accomplissez. Aider et se faire aider, c'est être et rester en relation avec les autres, parents ou amis. Accomplir le devoir que vous vous êtes fixé dans le cadre de votre couple, de votre famille ou de vos relations antérieures donne du sens à la vie et augmente l'estime que l'on a de soi.

Apprécier le présent

Recherchez les bons côtés de l'existence :

  • Voyez ce que votre proche peut encore accomplir sans vous fixer sur ce qui est devenu impossible. Si peu que ce soit, il est valorisant de pouvoir encore faire ceci ou cela.
  • Suscitez les bons moments : évoquer des souvenirs, regarder des photos, écouter de la musique, chanter, se promener et sortir (restaurant, visites amicales) tant que c'est possible.
  • Gardez votre sens de l'humour. Même avec des troubles psychiques l'humour peut être préservé et la bonne humeur est communicative.
  • Dans tous les cas, faites ce que vous pouvez et travaillez à accepter vos limites humaines.

Article rédigé par Annie AUDO, psychologue-gérontologue.

Notez cet article :

Remonter

Remonter

Veuillez patienter...

> Vous venez d'ajouter au panier le produit suivant :

5 € offerts sur votre première commande avec le code  bienvenue  à partir de 49 € d'achat